La décision de Margaux
octobre, 2015 3 Commentaires

Margaux, je la connais depuis la maternelle. Et aussi loin que je me rappelle, ça a toujours été une sportive gourmande avec son sacré caractère et sa bonne dose d’humour… Le regard des autres n’a jamais été un problème pour elle, ni le sien sur son corps d’ailleurs. Comme elle dit, « je n’ai jamais essuyé de moqueries ». Parce que Margaux a pris du poids au fil des années, beaucoup…

En Janvier 2015, elle décide alors de se faire opérer et de subir une intervention Sleeve gastrectomie (qui consiste à retirer une grande partie de l’estomac, pour former un tube). 9 mois après et 28 kilos en moins plus tard, elle accepte de revenir sur son aventure à travers mes questions.

Margaux, en quelques mots ? 

Je suis Margaux, une nana normale, institutrice, je fais du sport (judo, tennis, natation, plongée, badminton, karaté, course, vélo), j’aime voyager, le ciné, la musique… J’ai toujours été charpentée (merci le judo) et toujours plus ou moins en surpoids. Le regard des autres ne m’importait pas, j’ai toujours été claire dans ma tête.

 Pourquoi as-tu pris la décision de te faire opérer ? En quoi ça consiste exactement ? 

Margaux : Il y a 7 ans, j’ai eu un épanchement sinovique au genou (rupture de la poche liquide qui lubrifie les articulations) qui m’a fait horriblement mal . À l’origine : une vitesse de sédimentation trop rapide et le surpoids. Donc, l’année d’après, j’ai attaqué un régime où j’ai perdu 30 kilos …. Que j’ai repris, plus 10 kilos, due à un p…. de concours (que j’ai obtenu heureusement !!!). Suivie par un endocrinologue diététicien, je restais en stand by pendant 4 ans. Donc, si pas de déclic psychologique, il me fallait un déclic physique. Quand tu ne peux pas repartir sur un régime, t’es frustrée, donc la solution c’est l’opération. Mon docteur m’a parlé des différentes opérations : anneau, by pass, sleeve, au début j’étais réticente mais ça s’est finalement imposé. Et je n’ai aucun regret.

margaux_avant

Le sleeve c’est ablation d’une partie de l’estomac (un bon tiers), donc moins d’estomac, moins d’aliments mangés et surtout ablation de glandes régissant la satiété !

Je suis rentrée à l’hôpital le jeudi, j’en suis ressortie le lundi matin. Je me suis faite opérée le vendredi matin, réveillée le vendredi en début d’après-midi. Ca m’a laissé 5 cicatrices, plus ou moins grandes.

sleeve

Dans quel état d’esprit t’es-tu retrouvée après l’opération ?

 Margaux : Juste avant de rentrer à l’hôpital, le côté irréversible de l’opération m’a fichu le doute mais t’es dedans donc tu fonces. Dans l’hôpital, ils m’ont donné un médicament pour me déstresser la veille et le jour même, j’étais tellement détendue que je chantais Indochine dans les couloirs du bloc opératoire !!!! Après l’opération, je n’ai ressenti aucune douleur intérieure, juste les points qui tiraient. Après, tu te lances dans l’inconnu : doser les repas, plutôt la quantité !!! La 1ère semaine, c’es liquide (- 9kg), 2ème 3ème semaines, semi-liquide (– 5 kg) et après solide haché … J’ai pu manger relativement de tout assez vite. Ce n’est pas si difficile, tu ressens presque un dégoût lorsque tu es « pleine ». C’était ma crainte : de vouloir manger malgré le « plus faim », mais vraiment la satiété fait son effet (l’effet régurgitation aussi !!!) parce que quand tu manges trop, tu régurgites !

Quelles ont été les réactions de ton entourage ? 

Margaux : Rien demandé à personne, c’est ma décision. Je sentais qu’il me fallait un frein physique. Personne ne s’est vraiment inquiété car j’étais confiante. Mes parents se sont « inquiétés » quand je régurgitais mais sans plus. Tout le monde est ravi depuis, surtout mes copines qui m’habillent !!!!

Quel est le suivi médical post opération ?

Margaux : J’ai vu un Diététicien pendant 6 mois, 3 séances de psychologue, un examen cardiologue, un examen gastrologue, un examen pneumologue et un test de nuit, le tout prescrit par le chirurgien ( 2 mois en tout). Puis une séance d’information collective et des séances collectives chez le psychologue (que je n’ai pas suivi puisque je n’ai pas ressenti le besoin, je n’avais pas l’envie particulière de parler à un spécialiste, je suis bien entourée…. mais je pense y aller en janvier. Certains en ont besoin d’autres pas, c’est tout).

Actuellement tu es toujours suivie par des spécialistes ?

Margaux : je suis suivie par mon diététicien (tous les 2 mois maintenant), j’ai des prises de sang pour voir s’il y a des carences, des visites chez le chirurgien deux mois après l’opération puis un an après, chez la psy si besoin (recommandé d’y aller dans l’année qui suit)

Quel régime alimentaire suis-tu maintenant ?

Margaux : Il n’y a pas vraiment d’obligation sauf juste après l’opération (comme une appendicite) ; Ce qui est appréciable avec cette opération, c’est que tu peux manger de tout, même des conneries car tu es rassasiée rapidement. Après, il est conseillé de se tenir, de ne pas faire de repas trop caloriques tous les jours, mais il y a possibilité de faire gras (alors que dans un régime, ce n’est pas possible !) De toute façon, tu es tenue par ton estomac, si tu manges trop, tu régurgites, tout le monde le sens, tu salives, tu parles plus, tu es blanche, tu attends un rot qui sort pas…. Certains aliments ne passent plus. Pour moi c’est les aubergines et la crème.

9 mois après ? Combien de kilos as-tu perdu ? comment te sens-tu ? Quels changements ?

Margaux : La première semaine j’ai perdu 9 kilos ! (c’est le plus surprenant), deux mois après -14 kg, huit mois après -27 kg, ça tend à se calmer maintenant. Je me sens bien mieux ! j’ai 4 packs d’eau en moins dans le corps, les genoux respirent ! L’amaigrissement rapide m’a surpris, je ne me reconnais plus parfois !!!!

evolution_margaux

Ma condition physique a changé, s’est nettement améliorée (souffle, souplesse). Je fais encore plus de sport qu’avant. J’ai plus de facilité à trouver des vêtements, et je change de style petit à petit.

Avec cet amaigrissement, ton corps a changé. Ta peau ne s’est-elle pas distendue ? Vas-tu avoir besoin d’une chirurgie esthétique ?

Margaux : Non j’ai pas eu de peau qui pend, j’ai un repli de peau, genre un bourrelet mou. Ça arrive la peau qui pend , surtout quand on perd vraiment beaucoup de poids, genre 60 kg. Comment on le gère ? chirurgie plastique ! Moi je n’ai pas affaire à ça, pas de peau distendue. Pourquoi ? je ne sais pas trop, mon poids devait être reparti uniformément, du coup la perte était uniforme elle-aussi. J’ai continué le sport, la piscine masse la peau. Je pense que la transformation varie selon les personnes.

Quel est le pire et le meilleur souvenir de cette expérience ?

Margaux : Il n’y a pas réellement de mauvais souvenir car tout s’est bien passé. Par contre j’ai plusieurs bons souvenirs : Les séances d’habillage avec mes copines, vider mon placard et mettre de nouveaux habits… la robe estivale ! L’impression de normalité. La meilleure forme physique.

Qu’est ce que tu aimerais dire à quelqu’un qui va se faire opérer ? 

Margaux : Pour pouvoir être opérée, il y a une « sélection ». J’étais un peu en dessous de l’obésité morbide, j’étais à la limite. Si j’avais fait un kilo de moins, ça n’aurait pas été possible pour l’opération, donc ça n’a pas changé ma vie, ça l’a améliorée… Je conçois que pour certaines personnes qui sont au delà de la limite, ça la change complètement.

C’est une opération irréversible qu’il ne faut pas prendre à la légère mais comme un remède, comme l’insuline ou le pacemaker ! Bien entendu, s’en suit une hygiène de vie proche du régime,  mais moins contraignante, mais le corps s’y fait.

Ce que je peux dire, c’est n’aie pas peur, il y aura des moments durs, mais tellement de moments surkiffants par la suite !!!!

voyages_margaux

Merci à Margaux pour son témoignage si intéressant. Pour conclure, le sleeve n’est pas une opération à prendre à la légère. Comme le dit Margaux, c’est irréversible. Il faut être suivi de près, et avoir de bonnes raisons de prendre cette décision. Et bien se renseigner avant. Margaux n’avait pas de problème avec le regards des autres, mais son surpoids la gênait au quotidien. Comme elle dit « Soit tu en rigoles, tu l’acceptes, soit tu déprimes ». Elle avait choisi l’humour pour bien le vivre, mais cela n’a pas suffit. Mais surtout, sa santé en avait pris un coup, cause principale de sa décision ! Maintenant elle se sent mieux, et c’est la Margaux pleine d’humour d’avant que je retrouve quoiqu’il en soit !

3 Commentaires
  1. GAZEL HARROCH DEBORAH

    bravo M

    Reply
  2. gazel harroch deborah

    bravo margaux pour votre décision courageuse et LEA votre super amie qui pense toujours à vous
    bien amicalement
    deborah

    Reply

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Copyright © 2020 Lea Del Aguila. Les illustrations publiées sur ce site sont protégées par les lois françaises et, en particulier, par les dispositions du Code de la propriété littéraire et artistique.