Liberté Vs Présentéisme
avril, 2015 1 Commentaire

Oui je sais, je suis extrême. Liberté et présentéisme ne sont pas vraiment deux termes opposés… et pourtant…

Parfois, ma vie de freelance me manque. Parfois je me dis que j’aimerai gérer mon temps, gérer mon travail, gérer ma vie.

freelance

En ce moment, je vois beaucoup d’articles fleurir sur la toile, de plus ne plus de gens sont tentés par l’autoentrepreneuriat et sautent le pas. Des témoignages de blogueuses devenues indépendantes, qui nous racontent l’aménagement de leur bureau, leurs projets, leur liberté, et qui me font parfois regretter d’être en entreprise. Et pourtant… Je lis aussi des messages de doutes, de galères… qui me font vite revenir à la réalité (les indépendants ne voyez pas ça comme un message de désespoir vous concernant…. ). C’est à ce moment là que les mauvais moments me reviennent en tête : la paperasse à gérer, les clients à chercher, leur courir après pour le paiemment, les devis à créer…  Et surtout les échanges parfois complètement incongrus avec le RSI…. La bancalité financière dans laquelle on peut se trouver n’est pas facile à vivre non plus. Et en même temps…. En même temps, le freelance c’est aussi avoir le choix. Ce choix qu’on ne nous laisse pas quand on est salarié dans une boite. Le choix de pouvoir aménager son temps, de se faire confiance. Je me mets tout de même à la place des employeurs. Pas facile d’accorder plus de flexibilité, certains en profiteraient surement. Et si finalement le problème était « très français » ?

Dernièrement j’ai pu lire 2 articles très intéressants. L’un parlant de l’attitude française à faire du présentéisme (les Français travaillent plus que la moyenne des Européens). L’autre mettant en garde les employeurs, contre le présentéisme. Tout ça est bien paradoxale. Comment soigner ce mal du pays ? Et si la situation commençait à s’inverser ?  Si le présentéisme était soudain mal perçu ? (comme dans certains pays) Comment faire comprendre qu’en bossant moins, on est souvent bien plus efficace ? De plus le présentéisme coûte bien plus cher à l’entreprise que l’absentéisme (lisez donc ça 😉 ). Difficile de changer les mœurs. Finir pile poil à l’heure n’est pas bien vu. Et pourtant, c’est marqué dans notre contrat non ?

Ne vous êtes vous jamais senti observé parce que vous partiez 5 minutes plus tôt ? Ou encore pris une remarque telle que « aaaah bon, t’as pris ta demie journée ? »… Je trouve ça oppressant et détestable. Sans abuser, est- ce que ça va changer le monde où carrément faire couler la boîte si pour une fois je sors en avance ? La semaine dernière, alors que je discutais avec mes collègues en pause dej, l’un d’eux a lancé  » t’as vu, Machin est arrivé à l’heure ce matin ». Machin , c’est un autre collègue, qui a l’habitude d’arriver un peu plus tard, ne dépassant jamais 20 minutes de retard. J’avais envie de hurler « Et alooooooooooors ? ça te perturbe dans ton travail qu’il n’arrive pas à la même heure ?????????? » Je me demande encore pourquoi je l’ai pas ouverte… ça m’énerve.

horaires

Personnellement, les horaires, je les respecte. Je vis très mal le fait d’être assise sur ma chaise 8h par jour, j’ai la bougeotte, mais je ne peux pas me plaindre vu le contexte actuel, et puis mon travail, je l’aime (j’ai cette chance). Le problème, c’est qu’il est impossible d’être à fond pendant toute une journée non stop. Alors de temps en temps, je m’évade un peu, je fais de la veille graphique, je fais quelques croquis. Juste le temps de prendre du recul sur une créa, et pouvoir, du coup, l’améliorer par la suite. Je sors prendre l’air 5 minutes, on a la chance d’avoir un jardin d’entreprise, où il y a des tables de picnic, où on peut se poser prendre quelques rayons de soleil….. Ce  n’est pas du laxisme, pas de la flemme, pas du gain de temps pour ne pas travailler. Et pourtant je me suis déjà pris des remarques du style « j’ai remarqué que tu allais sur d’autres sites pendant la journée »… Ce n’est pas faute d’avoir déjà fait mes preuves dans la boite, d’avoir montré mon efficacité ou d’avoir montré ma bonne volonté et mon investissement dans les projets, d’avoir toujours rendu à temps le travail demandé. Paf tout ça disparaît à la vue d’un autre site. J’ai envie de dire qu’on a la mémoire courte non ? Et ces personnes là, apparemment n’ont pas d’autres choses à faire que d’observer mon écran ? Certains pays ont tout compris : « Si vous regardez de l’autre côté de l’Atlantique (ou sans aller si loin chez nos voisins suisses, germaniques ou nordiques), c’est plutôt l’inverse. Vous voir traîner au bureau jusqu’à 21 heures, ce n’est pas forcément bien vu, au contraire, c’est même une marque d’incompétence ou de mauvaise organisation.Celui ou celle qui est efficace part à 17 heures en ayant terminé son job et gagne ainsi la considération et le respect de sa hiérarchie. » (tiré de ce très chouette article !)

Passons maintenant, à l’indépendance. Dans freelance, il y a « free ». Cette liberté on l’a (et vous me direz on s’en porte plutôt bien non ?) On peut vouloir ou pas bosser sur un projet, bosser avec qui on veut, et bosser dans l’ambiance qu’on choisit. On organise soi-même son planning. Souvent, les freelances bossent plus qu’un salarié normal, en ne s’imposant pas des horaires précis, forcément on ne regarde pas l’heure. Et puis il faut tout gérer, c’est une entreprise, ça prend du temps. C’est du stress, mais du stress contrôlé. Quand j’étais dans ce cas, je me faisais confiance. C’est peut être ça qu’il manque aux employeurs, et comme je l’ai dit plus haut, c’est difficile pour eux. Doit-on passer par la case autoentrepreneuriat  et ses galères pour se sentir plus libre ?

Alors c’est quoi la solution ? 

J’ai décidé d’envoyer paître les remarques, d’y faire attention comme de la carie de Louis XIX. Depuis je le vis beaucoup mieux. Le présentéisme, je ne le pratique absolument pas (plutôt crever). Rester pour rester, ne fait pas parti de ma philosophie au travail, et encore moins de perdre du temps. Quand j’ai besoin d’une pause, je la prends. Je n’abuse pas, je travaille toujours avec volonté et plaisir. Sortie du boulot, je prends du temps pour mes projets, pour être avec les gens que j’aime. Je ne reste pas pour « faire bien ». J’ai des projets à gérer en dehors qui me tiennent à coeur, le travail à ses horaires, ma vie à moi aussi.

Je rêve qu’un jour la France fasse un pas de géant du côté entreprise (et reconnaisse mieux les indépendants). Qu’un jour, la même mentalité que nos cousins outre Atlantique soit adoptée. Il y a quelques tentatives d’évolution (dans le bon sens) comme cet article l’explique. Ce n’est qu’un petit début timide. Peut être que c’est utopique dans notre pays.

Les freelances qui s’en sortent bien, je les admire. Ils ont su dire « Fuque » à notre société, à tous les préjugés qui les entourent et qu’ils entendent surement au quotidien « aah tu bosses chez toi, tranquille hein »…  Gardez le cap les z’amis !

En attendant, la « liberté contrôlée » comme je l’appelle, n’est pas encore au point, le freelance est, de nos jours et à mon avis, la meilleure des solutions, malheureusement il y a pas mal de déboires, une injustice quand à la reconnaissance du statut, l’administration, et la tolérance…. Doit-on réellement passer par là pour ne pas se sentir « emprisonné » ? A suivre donc….

liberte

 

 

 

 

1 Commentaire
  1. Syahn

    Une chose à ne pas perdre de vue non plus (bien que mentionné ici) c’est qu’être en freelance implique de monter sa boite.
    En plus d’être soumis au RSI (dont les exactions d’une rare violence en ont poussé certains jusqu’à la corde) cela implique d’être patron, de soi-même certes mais patron tout de même.
    Et en Fraooonce y’a les employés victimes et les salauds de patrons, t’es pas employé? t’es pas au chomage? Alors t’es un salaud de patron et toutes les nouvelles lois à venir et l’opinion publique sera contre toi.

    J’ai eu l’opportunité de monter ma propre boite de consulting, j’avais un porte feuille de clients (prêts à mettre le prix) plutot bien fourni, mais soyons francs j’ai rendu les armes devant le premier CERFA.
    La prise de risque (RSI toujours) étant beaucoup trop élevée pour moi.

    Reply

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Copyright © 2018 Lea Del Aguila. Les illustrations publiées sur ce site sont protégées par les lois françaises et, en particulier, par les dispositions du Code de la propriété littéraire et artistique.