#ChacunSonJob #ChacunSonMetier #dieteticienne

Voici ma petite contribution pour défendre le métier de diététicienne. Et voilà le plus grand des paradoxes qui peut vous faire sourire et qui, pourtant, est très courant. Combien de personnes se fient à des articles sur internet, des groupes facebook, des soi-disant nutritionnistes sans aucun diplôme, des coach sportifs se prenant pour des professionnels de la nutrition… au lieu de tout simplement aller voir un ou une diététicienne, spécialiste de la nutrition, bien placée pour coacher, conseiller et accompagner un patient que ce soit dans une perte de poids, un régime suite à une pathologie ou tout simplement pour faire un point avec son alimentation. Pour que notre métier soit mieux considéré.   Léa Del Aguila

This article has 21 comments

  1. PLANTIN CATHERINE Répondre

    C’est tout à fait ça. Un bon nombre de personnes n’ont pas de problèmes pour dépenser des sommes folles dans des produits miracles qui ne marchent pas mais ne veulent surtout pas payer une diététicienne. Je ne sais pas si c’est le fait que ce soit payant ou alors pensent-ils que ce sera plus facile en ingurgitant des pilules!

  2. Bérengère Dubost Répondre

    Tellement vrai ! Bravo pour ton illustration, en espérant que les mentalités changent….je pense que les gens veulent surtout du rapide et des méthodes miracles , bien que l’on sache toutes que les régimes ne font maigrir que le porte monnaie 🙂

  3. Julie Répondre

    Super illustration, et puis pourquoi dépenser 35 euros dans une consultation quand je peux en dépenser 500 en repas minceur/gellules/wrap et compagnie hein :)))

  4. Lafont Répondre

    J’ai connu tous les régimes sans succomber aux paniers repas. J’ai fini par aller chez un diététicien qui m’a fait perdre 10 kgs sans souffrance. De plus je n’ai plus besoin d’appareil respiratoire , mes apnées du sommeil ayant disparu.

  5. Pierre-E. Savary, Nut. Dt.P. Répondre

    Pour que ça marche avec une diététicienne, il faut que les gens jouent le jeu et s’investissent dans leur prise en charge, ce qui veut dire réfléchir et prévoir certains changements sur un long terme. C’est pas si simple et pas à la portée de tout le monde sur le moment… C’est un engagement personnel, et ce n’est donc que lorsque les gens sont prêts qu’ils consultent…
    Emfin, pas toujours, il y en a aussi pour croire que la diététicienne va règler tous leurs problèmes en deux coup les gros… (si j’ose m’exprimer ainsi)
    Mais acheter des produits miracles sur internet, n’importe qui peut le faire. C’est du reste pour ça que ça marche…commercialement parlant bien-sûr…pour le reste…

    • Léa Del Aguila Répondre

      Tout à fait d’accord… de toute façon il faut de l’investissement des deux côtés… Et comme vous l’avez dit, il faut que les gens soient prêts. Les diététiciens sont là pour aider, conseiller, accompagner mais certainement pas pour faire le boulot à la place de la personne, ce qui est tout bonnement impossible 🙂

  6. Sissi Répondre

    Ce qui n’est pas facile est de trouver un(e) diététicien(ne) dont les préceptes correspondent à notre demande. Mon père a ainsi discuté un jour (il y a longtemps) avec une diététicienne qui lui soutenait qu’il était impératif de boire 1 verre de vin par jour alors qu’il est alcoolique abstinent depuis plus de 40 ans à ce jour. Il n’arrivait pas à lui faire comprendre que l’alcoolisme est une maladie. Il y a aussi souvent des conseils de diététicien(ne) dans les journaux qui insistent sur l’absolue nécessité de consommer 3 laitages par jour. Pour ma part j’ai des pb respiratoires et malheureusement si je suis ce conseil j’étouffe ou presque le lendemain. Je vois tout de suite la différence lorsque j’ai consommé un yaourt. De même l’une de mes sœurs a de gros pb d’arthrose. Elle a dû éliminer les laitages et la viande bovine. Si un jour elle mange du bœuf, le lendemain, elle ne peut pas plier ses doigts. Et finalement je constate que les gens qui m’entourent et consultent des diététicien(ne) vont en fait voire des naturopathes diététicien(ne) qui au final n’ont peut-être pas une véritable formation en diététique, formation très difficile pourtant et assez longue (au moins 2 bonnes années). Je pense que les « diététicien(ne) ancienne génération » ont fait du tort à cette profession et c’est dommage. Je pense qu’il est important pour exercer en libéral de préciser sa « philosophie de la diététique » et de ne pas imposer un menu standard comme on m’en a déjà sorti, le même photocopié pour x patients.

    • Léa Del Aguila Répondre

      Je suis tout à fait d’accord avec vous. Après c’est comme pour tout métier…il y a de bons professionnels et des moins bons…des gens passionnés et d’autres moins… il est vrai que les recommandations nutritionnelles évoluent au fil des années et il est très important de se tenir au courant… tout le monde ne le fait pas malheureusement. Il faut aussi savoir s’adapter à tout le monde…etre à l’ecoute et surtout travailler avec son temps ? merci pour votre témoignage qui, meme s il n est pas forcement tres bon pour le métuer, fait aussi partie de la réalité ?

    • Léa Del Aguila Répondre

      Avec plaisir. Je ne féminise pas c’est la réalité, il y a plus de femmes diet que d’hommes, j’ai pu m’en apercevoir rien que le jour des examens (2 garçons dans la salle). 😉

  7. Marie-Laure Desaissement Répondre

    Merci, merci, merci… je viens de publier votre planche sur ma page FB. Ca fait rire, et si ça peut faire prendre conscience de ce paradoxe à quelques personnes, et ben tant mieux, ça sera toujours ça de gagné (pour eux, et pour nous 😉
    Marie-Laure Desaissement, une diététicienne

    • Léa Del Aguila Répondre

      Avec grand plaisir et merci pour le partage ? je vais surement moi meme etre confrontée à tout ça très prochainement puisque fraichement diplomée… bon weekend a vous !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *